Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA PLUME ET LE ROULEAU

LA PLUME ET LE ROULEAU

200 chroniques éclairent le Présent à la lumière de l'Histoire


- 338 : Le soleil de DIOGENE

Publié par La Plume et le Rouleau sur 3 Juillet 2000, 19:46pm

Catégories : #Personnalités célèbres

Mes Cher(e)s Ami(e)s, c'est la Sainte Lydie.

Saint Lydie, je ne sais pas qui sait. Mais je connais la Lydie :

La Lydie est une contrée d'Asie Mineure riveraine de la mer Egée et bordée au sud par le fleuve Méandre. Sa capitale était Sardes. Selon Hérodote, elle a eu pour souverains légendaires Tmolos et Omphale, et pour rois historiques vingt-deux rois de la dynastie des Héraclides et quatre rois de la dynastie des Mermnades. Le plus célèbre de ces rois est bien sûr Crésus (règne de - 560 à - 546 avant JC).

Les Lydiens inventèrent la monnaie. Ils semblent avoir eu un goût et un talent prononcés pour le commerce ainsi qu'un amour immodéré de l'or, au point de prostituer leurs propres filles. Le mont Tmolos (contenant de l'or) et le fleuve Pactole (qui coulait et entrainait le métal en aval) alimentaient en métal précieux le trésor lydien. Ce sont, dit-on, les Lydiens qui inventèrent la teinture des étoffes. Les Grecs leur enseignèrent la culture de la vigne, de l'olivier et du figuier.

Ca fait pas mal de choses pour briller en société lors de votre dîner de samedi soir, mmmh ?

Parler d'argent n'a jamais été le fort des français, sauf pour se plaindre qu'ils n'en gagnent pas assez.

Parlons de pauvreté, alors, et évoquons Diogène, assis dans son tonneau, une lampe à la main (ci-dessous une illustration de Jean-Léon Gérôme). Diogène est un philosophe dit "cynique", il méprise les biens et les désirs terrestres.

Plutarque nous raconte ....

Lorsqu'Alexandre le Grand fut choisi pour commander les armées grecques qui devaient conquérir l'Iran, tous les gens accoururent pour le féliciter, sauf le philosophe athénien Diogène qui vivait en Corinthe. Ce fut Alexandre qui se rendit chez lui. Diogène était alors étendu au soleil et, parmi les qualités dominantes qui faisaient sa célébrité et que lui même prônait, la fierté de l'âme et l'indépendance de l'esprit l'emportaient sur les autres.

Aperçevant un groupe de gens qui venaient vers lui, il se souleva néanmoins et s'aperçut qu'Alexandre le Grand se dirigeait dans sa direction, avec une allure majestueuse et en grandes pompes. Diogène ne lui accorda pas plus d'attention qu'aux autres et ne se départit pas de son calme. Alexandre le salua respectueusement et lui dit: "Dis-nous si tu as besoin de quelque chose que je puisse satisfaire".

Diogène dit alors: "Je recevais la lumière du soleil et toi tu m'as fais de l'ombre. Alors, écarte-toi".

Les compagnons d'Alexandre crurent que c'étaient là les paroles d'un fou et se dirent qu'il s'agissait là d'un homme ignorant qui ne sait pas saisir la chance qui s'offre à lui. Cependant, Alexandre comprit son infériorité, dans sa recherche de la gloire et des conquêtes par rapport à l'indépendance d'esprit de Diogène. Il médita et, sur le chemin du retour et, entendant ses compagnons critiquer Diogène, il leur dit: "En vérité, si je n'étais pas Alexandre, j'aurai aimé être Diogène".

Et vous ? Bonne journée à tous...

D'autres histoires palpitantes de conquérant ? Découvrez Bonaparte !

La Plume et le rouleau © 2000

D'autres histoires pleines de mystères, de passions et de secrets ? Lisez La cinquième nouvelle...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents