Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA PLUME ET LE ROULEAU

LA PLUME ET LE ROULEAU

200 chroniques éclairent le Présent à la lumière de l'Histoire


1962 : Le FRANCE, "un paquebot gigantesque, capable de croiser mille ans..."

Publié par La Plume et le Rouleau sur 11 Octobre 2000, 09:44am

Catégories : #Littérature & divers

Chers ami(e)s et abonné(e)s des Chroniques de la Plume et du Rouleau,
 
Aujourd’hui, je vais vous parler de quelque chose qui se passait le 11 janvier de l’année 1962 (Waow ! quelle a-nnée, cette a-nnée-là !).

Dans la France heureuse des années yé-yé, où l’on s’achemine vers une cessation des hostilités en Algérie, une France de chômage zéro, d’urbanisation frénétique et d’éradication des bidonvilles, une France où déferlent la télé, la radio, le rock et les tourne-disques, une France qui vient de se doter de l’arme atomique pour tenter d’être l’égale des deux Grands, une France qui, sa décolonisation quasiment achevée, croit encore à la lutte des classes, à la révolution prolétarienne, au triomphe des peuples pauvres, au rôle bénéfique de l’Etat, au prestige de l’ENA, aux hommes providentiels, à la croissance économique infinie, à la fin des monopoles et au futur rasage gratis, dans une France pleine d’espoirs, d’illusions et de bonnes intentions (donc aujourd’hui définitivement révolue, disparue, oubliée, anéantie, atomisée, désintégrée), une raison de plus de se sentir fier d’être français vient de naître.
 
Le 11 janvier 1962, il y a 40 ans aujourd’hui même, le Premier Ministre de l’époque, Michel Debré, inaugure en grande pompe le plus grand et le plus luxueux paquebot jamais construit par les chantiers navals de Saint Nazaire, un bateau qui porte un nom, bientôt connu sur les sept mers : le « France » !
 
Sa construction a été officiellement décidée en 1956. A une époque où un million de personnes traverse encore l’Atlantique en bateau chaque année, en dépit du développement du transport aérien, le France est destiné à remplacer le vieux « Liberté » datant de 1930 et le « Flandre », construit en 1952 mais insuffisant. Il va devenir le plus grand transatlantique en service à son époque.
 
Quelques données vous donneront un ordre d’idée du caractère colossal du navire, par comparaison avec le Titanic (1912).
Prévu pour effectuer la traversée en 5 jours, le France embarquera de 1700 à 2000 passagers en plus des 1000 hommes d’équipage nécessaires à l’administration de cette véritable ville flottante (Titanic tout compris : 3540).
 
Long de 315,66 m (Titanic : 269 m) et large de 33,70 m (Titanic : 28 m), le paquebot pèse (à vide) 13 960 tonnes et 60 000 tonnes à plein (Titanic : 40 000 tonnes).
 
Son approvisionnement est, lui aussi, digne d’une construction pharaonique. A chaque voyage entre Le Havre et New York, le France a besoin de 15 tonnes de viande, 6 tonnes de poissons, 50 tonnes de légumes, 3 700 fromages, 4 200 litres de lait, 78 000 oeufs mais aussi 7 000 bouteilles de vins (pour le personnel) et 9 600 bouteilles de vins blanc et rouge pour les passagers.
 
A l’année, c’est 30 000 bouteilles de Champagnes, 245 000 bouteilles d’eau minérale, 260 000 bières et 875 000 cigarettes qui sont consommés à bord !
 
Ajoutons aussi à cela (car c’est pittoresque) 20 kilos de... tabac à mâcher (pour les matelots, hardi les gars !).
 
En plus d’impressionner fortement le citoyen de base, le France le fait également rêver : c’est la vocation même du navire qui, 8 jours après son inauguration, part pour sa croisière inaugurale vers Santa Cruz de Tenerife et les Caraïbes avec à son bord 1705 passagers dont Mme Yvonne de Gaulle, marraine du bateau.
Celui-ci est une véritable ville flottante, équipé (entre autres) de 12 ponts, d’un hôpital, d’une salle de spectacle, d’un centre commercial, de salles de sport ainsi que de plusieurs piscines d'intérieur et d'extérieur.

C’est un succès commercial : on en fait des maquettes, des cartes de voeux, des timbres, de la pub et même une BD (Avez-vous lu Ric Hochet dans « Rapt sur le France » de Tibet et A.P. Duchâteau ? Délicieusement « sixties » !).
 
Mais, financièrement, cette énorme machinerie est difficile à rentabiliser.
 
Après les années de plages, voici les moments de grèves... (*). Après divers conflits sociaux et, la mort dans l’âme, le désarmement du France est finalement décidé le 25 octobre 1974.
 
Au bout de cinq années d’immobilisation, le France est racheté le 25 juin 1979 par les Norvégiens et devient le NORWAY. Moins de deux mois plus tard, il quitte Le Havre. Cruel échec pour l’amour-propre des habitants de l’hexagone qui ont encore dans la tête les paroles de la chanson de Michel Sardou, écrite en 1975 :
 
« J’étais un bateau gigantesque
Capable de croiser mille ans
J’étais un géant, j’étais presque
Presque aussi fort que l’océan
 
J’étais un bateau gigantesque
J’emportais des milliers d’amants
J’étais la France, qu’est-ce qu’il en reste ?
Un corps mort pour les cormorans !
 
(refrain)
Ne m'appelez plus jamais "France"
La France elle m'a laissé tomber
Ne m'appelez plus jamais "France"
C'est ma dernière volonté ».
 
Désarmé, appelé le Blue Lady en 2006, pillé puis mis au rébut, le Norway, ex-France,en rondelles ne sera définitivement découpé en rondelles qu'en 2009. C'est triste.
  
Mais je vous aurai encore mis une chanson dans la tête pour bien démarrer la journée, c'est déjà ça !
 
Bonne journée à tous.
 
(*) grève... plage... ceux qui y ont convenance peuvent saluer d’un hochement de tête connaisseur et bienveillant la nature antithétique de cette formule humoristique qui m’a demandé beaucoup de recherche
 
La Plume et le Rouleau (c) 2001
 
Du mystère, de la passion et des secrets à percer, lisez La cinquième nouvelle...

Archives INA - 3 février 1962 : Le France part pour la première fois vers New York.

Commenter cet article

Archives

Articles récents