Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LA PLUME ET LE ROULEAU

LA PLUME ET LE ROULEAU

200 chroniques éclairent le Présent à la lumière de l'Histoire


1933 : Une italienne de naissance égyptienne, DALIDA

Publié par La Plume et le Rouleau sur 26 Mai 2001, 10:02am

Catégories : #Personnalités célèbres

Mes Chers Amis,
 
Il y a quelque temps, je vous avais parlé de Sainte Alida, prétendant qu'Alida avait rencontré le Christ quand celui-ci venait d'avoir dix-huit ans, qu'il était beau comme un enfant, fort comme un homme. Je vous avais également indiqué qu'Alida avait voulu mourir sur Cène, devant les projecteurs. Je savais que votre sagacité vous ferait reconnaître un sens de l'humour volontiers iconoclaste mais jamais blasphématoire puisque Sainte Alida, en fait, naquit à Sienne (Toscane, Italie) en 1249, entra dans le tiers-ordre des humiliés et soigna des malades jusqu'à sa mort, le 26 avril 1309. Pas de quoi rire mais seulement de soulever son chapeau.
 
Venons-en plutôt à évoquer un morceau d'histoire de la chanson française des années 60 et 70 et des tas de trucs qui ont complètement disparu aujourd'hui. Je vous parle en effet d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître : ils n'imaginent même pas qu'en ce temps-là il n'y avait pas de FM, pas de CD mais des disques en vinyl noir que l'on passait sur des électrophones en son mono, une époque où la télé était en noir et blanc, où les programmes, présentés par une " speakerine " (le mot a disparu aujourd'hui, faute d'utilisation) s'arrêtaient à 23 h 00. Il n'y avait pas de DVD ni d'ordinateurs personnels, encore moins d'internet et même pas de magnétoscope. Il n'y avait non plus pas de socialistes au pouvoir.
 
Age "d'or" ou "des cavernes" ? A vous de choisir.
 
A cette époque, une des vedettes des émissions de variétés (généralement le samedi soir) s'appelait DALIDA.
DALIDA est née Yolanda Gigliotti le 17 janvier 1933 au Caire. Elevée chez les soeurs, elle est élue Miss Ondine du Caire (une éducation religieuse, cela mène à tout).
 
Elle débarque à Paris le soir de Noël 1954 et commence sa carrière en chantant dans des cabarets. Elle participe à un spectacle à l'Olympia, qui lance sa carrière. En 1961, elle épouse son imprésario. Deux mois plus tard, scandale, elle s'affiche avec un jeune peintre et divorce après 10 mois de mariage : plutôt volcanique l'italienne de naissance égyptienne ! En 1967, Luigi Tenco, son amour du moment, se suicide. Peu de temps après, Dalida fait une tentative à son tour (5 jours de coma).
 
Les années 70 voient son triomphe dans le style " variétés ", aux côtés des vedettes de l'époque comme Claude François, Michel Sardou, Sylvie Vartan, dans les émissions qui bercèrent notre enfance (N°1, etc). Elle s'affiche à cette époque avec un type appelé " comte de St Germain ", un escroc du show-biz qui prétend transmuter le plomb en or. Il transforme surtout les téléspectateurs en abrutis : moins spectaculaire mais plus facile.
 
Prise de vitesse par le disco elle élargit son style et se lance dans le show à l'américaine au début des année 80. Succès modéré compte tenu de son avancée en âge.
 
En 1985, elle part au Caire afin de tourner le film de Yousself Chahine "LE SIXIEME JOUR". C'est un gros succès et une carrière dramatique semble s'annoncer pour elle.

Mais, le 3 mai 1987, Dalida se suicide en laissant ce mot : "La vie m'est insupportable, Pardonnez-moi".
 
Elle aura vendu 80 millions de disques en 30 ans de carrière.
 
Ainsi plus que des images, n'est-ce pas les mots qui restent gravés dans nos mémoires ? Des mots faciles, des mots fragiles, les mêmes mots, rien que des mots...
 
Et aussi une chanson dans le tête pour le reste de la journée, c'est déjà ça.
 
Bonne journée à tous.

La Plume et le Rouleau © 2001
 
Et pour une autre histoire de passion, de mystères et de secrets aussi bien à Paris qu'à Alexandrie, lisez La cinquième nouvelle...

Images de Dalida et de ses obsèques (mai 1987)

Commenter cet article

Archives

Articles récents